Sélectionner une page

04.04 GRANDE MESSE EN UT MINEUR

MARDI 4 AVRIL
19H30

 

Peterskirche
Petersgasse 54, 4051 Basel

G.P. da Palestrina Alma redemptoris Mater (1581)
T.L. de Victoria KYRIE de la messe “Alma redemptoris Mater” (1600)
W.A. Mozart Grande Messe en Do mineur KV 427 (1782)

Laurence Guillod soprano
Anna Wall mezzosoprano
Bertrand Bochud ténor
Rubén Amoretti basse

Chœur Arsis direction Pierre-Fabien Roubaty
Basel Tattoo Chor direction Jennifer Rudin
Chœur Jura Chante

Orchestre Musique des Lumières
Facundo Agudin direction

BILLETTERIE

Forum Saint-Georges
Route de Bâle 5 2800 Delémont
032 422 50 22
ccrd@ccrd.ch
www.ccrd.ch

billetterie@musiquedeslumieres.ch

ARTISTES

LAURENCE GUILLOD soprano

Après l'obtention d'un master de soliste de la Haute Ecole de Musique de Lausanne, la soprano italo-suisse Laurence Guillod reçoit le prix Max. Jost, récompensant de brillantes études. Elle est boursière de la Fondation Colette Mosetti et obtient un prix d'étude du Pourcent Culturel Migros. Elle gagne également en février 2014 le prix spécial Claudio Abbado ainsi que le deuxième prix du Concours International Umberto Giordano (IT).

Après avoir participé à son Opéra Studio, elle est fréquemment invitée au TheaterBasel, où elle chante entre autres les rôles de Donna Anna (Motel Giovanni, d'après Mozart), Dalinda (Ariodante, Haendel), Ilia (Idomeneo, Mozart), dirigé par Andrea Marcon et mis en scène par David Boesch.

Elle fait ses débuts à l'opéra de Lausanne dans le rôle de Wanda (la grande Duchesse de Gerolstein, Offenbach), mis en scène par Omar Porras sous la baguette de Cyril Diederich, et y est ensuite à nouveau invitée à chanter le rôle de Marie de Poncourlay dans Les Mousquetaires au Couvent (Louis Varney), mis en scène par Jérôme Deschamps. Elle interprète également avec succès les rôles de la Prima Donna (Viva la Mamma, Donizetti) Bubikopf (der Kaiser von Atlantis, Ullmann), Sandra dans I due baroni di Rocc'azzura de Cimarosa avec l'Opéra de Chambre de Genève, sous la baguette de Franco Trinca et avec une mise en scène de Francesco Bellotto.

En 2015, elle fait ses débuts dans les rôle d'Adina (L'elisir d'amore, Donizetti), Violetta Valéry (la Traviata, Verdi) sous la direction de Facundo Agudin, dans une mise en scène de Bruno Ravella et Juliette (Roméo et Juliette, Gounod), dirigé par Eric Sprogis. Elle est invitée par l'Opéra de Toulon à chanter le rôle de Marie, dans la reprise des Mousquetaires au Couvent.

Elle est soliste pour le cycle des Nuits d'été de Berlioz, dirigé par Joseph Swenson, pour un gala d'opéra à Linz sous la direction de Russell Mac Gregor, pour le Requiem de Mozart au Victoria Hall de Genève, dirigé par Wilson Hernanto, pour la Passion selon Saint Jean, sous la baguette de John Nelson etc. Elle se produit également fréquemment en récitals de musique de chambre.

Laurence Guillod s'est produite aux côtés de partenaires de scène tels Ramon Vargas, Béatrice Uria-Monzon, Ismael Jordi, Jean-Philippe Lafont, Liang Li, Jacquelyn Wagner, Carmela Remigio etc. et a travaillé avec les directeurs Jesus Lopez-Cobos, John Nelson, Roberto Rizzi-Brignoli, Joseph Swensen, Axel Kober, Facundo Agudin etc.
Dans la saison 16-17, elle reprendra le rôle d'Adina dans une nouvelle production en tournée estivale en France, elle interprétera ensuite Micaela (Carmen, Bizet) dans le Festival d'Opéra du Munot, à Schaffhouse, puis le rôle de Liù (Turandot) au Teatro Massimo Bellini in Catania. Elle est également invitée à chanter le rôle de Mathilde dans une nouvelle production de Guillaume Tell dans un Festival Open Air en Suisse. Elle participera en outre à de nombreux récitals et concerts, qui la mèneront à Copenhague, Pampelune, Sydney et la Nouvelle Zélande. En février 2017, elle chantera le Requiem de Gabriel Fauré au Concertgebouw de Amsterdam, sous la direction de James Gaffigan.

www.laurenceguillod.com

ANNA WALL mezzosoprano

Anna Wall, de nationalité britannique et néo-zélandaise, fait ses études à la Guildhall School of Music and Drama de Londres où elle interprète Béatrice (Béatrice et Bénédict), Chérubin (Les Noces de Figaro), Bianca (Le Viol de Lucrèce), et Joachim (Susanna). Elle chante ensuite les rôles de Siegrune (La Walkyrie), Lucilla (L’Echelle de soie), Barena (Jenufa) et Mercedes (Carmen); elle travaille alors avec l’English Touring Opera et le Longborough Festival Opera.

Elle participe aux master classes de Malcolm Martineau dans le cadre du Britten-Pears Young Artist Programme et celles données par Térésa Berganza, Guillemette Laurens, Natalie Dessay et David Wilson-Johnson.

En octobre 2006, elle entre à l’Atelier Lyrique de l’Opéra National de Paris avec lequel elle participe aux spectacles suivants : Madrigaux de Monteverdi, concert Shakespeare au Palais Garnier (rôle d’Hermia du Songe d’une nuit d’été), Atelier Massenet- Gounod (rôle de Charlotte, acte III de Werther). Elle interprète le rôle de Lucrèce du Viol de Lucrèce à l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet, puis au Théâtre d’Hérouville-CDN Comédie de Caen, dans le cadre du «Septembre Musical de l’Orne» 2007, Dorabella (Così fan tutte) à l’Opéra de Rennes puis à la MC 93 de Bobigny, concert Mozart au Palais Garnier (Idamante et Dorabella), Didon (Didon et Enée de Purcell) et l’Aveugle folle (Les Aveugles de Xaver Dayer).

Ensuite elle interprète le rôle du Page de la Duchesse (Rigoletto) et une Crétoise (Idomeneo) et Kate Pinkerton (Madame Butter y 2010-2011) à l’Opéra National de Paris. Elle interprète le rôle de Compositeur (Ariane à Naxos) dans le cadre de la formation avec André Engel et Irène Kudela à Royaumont.

Anna a récemment enregistré des lieder de Brahms avec Jean- Claude Vanden Eynden au piano et Diederik Suys à l’alto.

BERTRAND BOUCHUD ténor

Dès l’âge de huit ans, Bertrand Bochud suit dès des cours de piano, de chant et d’orgue au Conservatoire de Fribourg. Après l’obtention du diplôme d’enseignement en 2004, pour lequel il a reçu le prix de la Fondation Max et Axelle Koch de Lucerne, il termine sa formation par la virtuosité – mention excellente avec félicitations du jury – auprès de Michel Brodard à la Musikhochschule de Lucerne. Il se perfectionne actuellement auprès de Tiny Westendorp.

Il chante régulièrement de nombreuses cantates et passions de J.S Bach, les grands oratorios de J. Haydn mais aussi des œuvres italiennes plus lyriques telles que la Petite Messe solennelle de Rossini.

Dans le domaine du récital, son répertoire comprend plusieurs cycles de Lieder romantiques allemands : les fameuses Dichterliebe de Schumann ou encore Die schöne Müllerin de Schubert récemment interprétée avec le pianiste Eric Cerantola. Il aime aussi tout particulièrement interpréter le répertoire français des Poulenc, Duparc, Hahn, Chausson et Chabrier pour ne citer que les plus courants.  Une rencontre fructueuse avec la mezzo-soprano Brigitte Balleys lui a permis de découvrir quelques pièces inédites du répertoire russe chantées à plusieurs reprises en 2011.Cette collaboration se poursuit actuellement avec la préparation d’un programme autour du compositeur français Emmanuel Chabrier. Le duo sera accompagné par le pianiste Laurent Martin.

Bertrand Bochud aborde également volontiers des pages de musique contemporaine dont récemment une création pour ténor et quatuor à cordes de Dominique Gesseney-Rappo : le Nunc Dimitis interprété en collaboration avec le Quatuor Sine Nomine.

Durant l’été 2008, il tient le rôle de Rodolphe dans La Bohème de Puccini pour l’Association Ouverture-Opéra à la Ferme Asile de Sion.

Dès la rentrée 2010, son cheminement dans le monde du chant s’enrichit par la pratique régulière de l’enseignement en tant que professeur au Conservatoire de Lausanne : cette nouvelle responsabilité le passionne en lui apportant beaucoup de joie et de satisfaction.

RUBÉN AMORETTI basse

D'origine espagnole, Rubén Amoretti interprète le répertoire hispanique depuis son enfance. Il chante dans différents groupes de musique espagnole et participe à plusieurs festivals en Europe et en Amérique. Venu étudier le chant classique en Suisse auprès de Dennis Hall et de Nicolaï Gedda, il se perfectionne aux Etats-Unis avec Carlos Montané et fait ses débuts au Théâtre de Bloomington (USA) dans Pagliacci. Sollicité par de nombreuses scènes internationales (Zurich, Genève, Lausanne, Vienne, Prague, Mexico, Toulouse, Madrid, Moscou, Paris, Palerme, Rome, Venise, etc.), il se produit dans Tosca, La Bohème, Aïda, Il Barbiere di Siviglia, Don Carlos, Rigoletto, Faust, Carmen, Don Giovanni, Mefistofele, La Damnation de Faust, Les Noces de Figaro, Nabucco, La Gioconda, etc. Son vaste répertoire comprend plus de cinquante rôles. Rubén Amoretti chante sous la direction de grands chefs tels que Frühbeck de Burgos, Nikolaus Harnoncourt, Bruno Bartoletti, Marcello Viotti, Gabriele Ferro, Alain Lombard et Nello Santi, et aux côtés de chanteurs comme José Carreras, Alfredo Kraus, Roberto Alagna, Juan Diego Flórez, Ramón Vargas, Cecilia Bartoli, Daniela Dessi, etc. Acclamé par le public et la critique, il partage sa vie entre la scène, les concerts, les enregistrements (Claves, Chandos, Gallo, etc.) et l'enseignement du chant.

FACUNDO AGUDIN direction muicale

Chef d’orchestre suisse d’origine argentine, Facundo Agudin est né à Buenos Aires. Diplômé de l’Universidad Católica Argentina dans les classes de direction d’orchestre de Néstor Andrenacci et Guillermo Scarabino, il complète sa formation par l’étude de la musique médiévale à Bologne avec Pedro Memelsdorff et de la composition historique à la Schola Cantorum Basiliensis à Bâle.

Pendant six ans, il est choriste (baryton) au sein du Schweizer Kammerchor de la Tonhalle à Zürich et cotoie des chefs d’orchestre tels que Claudio Abbado, Armin Jordan, Simon Rattle, Gennadii Roshdestwenskii, Wolfgang Sawallisch, David Zinman. Leur contact, et en particulier celui de Valery Gergiev, le conforte dans son projet de devenir chef d’orchestre.

En 2004, il fonde “Musique des Lumières”, dont il assure depuis les fonctions de directeur musical et artistique. Il est co-fondateur de “Neue Opernprojekte Basel” et du Festival “Stand’Eté”.

De 2006 à 2008, il est chef invité principal de l’Opéra national d’Arménie. En 2007, il remporte le Premier Prix au Colin Metters International Seminar avec l’Orchestre symphonique de Saint Pétersbourg. Il est également, depuis 2009, chef d’orchestre principal de l’Orchestre symphonique de Patagonie (Argentine). Il s’est par ailleurs produit avec l’Orchestre symphonique de Bâle, l’Orchestre symphonique de Bienne, l’Orchestre de la Fondation CRT à Turin, le Sinfonica Aosta, l’Orchestra Classica Italiana, l’Orchestre symphonique de Saint Petersbourg, le Philharmonique de Kislovodsk, l’Orchestre philharmonique du Teatro Colón, l’Orchestre symphonique national d’Argentine, l’Orchestre du Teatro Argentino de La Plata, l’Orchestre national symphonique du Paraguay et l’Orchestre régional de Cannes Provence Alpes Côte d’Azur.

Depuis 2014, il intègre l’équipe de Chefs invités du Théâtre Mariinsky, où il fait ses débuts avec Faust. Il consolide de mêmesa collaboration avec l’Orchestre symphonique national d’Argentine. Il dirige par ailleurs de nombreux concerts avec “Musique des Lumières” ainsi qu’une nouvelle production de La Traviata au Festival Stand’Eté. Il est invité à diriger le War Requiem pour terminer la première saison du nouvel Auditorium de Buenos Aires, ‘Centro Cultural Kirchner’.

Facundo Agudin a dirigé en première mondiale des oeuvres de compositeurs tels que Christian Favre, Jaqueline Fontyn, Dominique Gesseney, Christian Giger, Elmar Lampson, Andreas Pflüger, David Sonton, Julio Viera, Pablo Ortiz, Marcelo Nisinman. Il collabore étroitement avec Universal Music et a été chargé par les éditions Ricordi à Munich de participer à la promotion de l’oeuvre opératique de Simon Mayr.

Sa discographie avec l’orchestre Musique des Lumières comprend le Requiem de christian Favre (Doron Music), „Le Pèlerinage Rose“ de Schumann (Doron Music), Demetrio de Mayr (DRS2/Oehms Classics), “Nuevo Tango Nuevo” (Oehms Classics),”Cantique” (oeuvres de Max Reger, Ernest Bloch et Andreas Pflüger), premier volume d’une série publiée sous le label Neos Music en coproduction avec SRF 2 Kultur.

En 2015-16 deux nouvelles productions sont à paraître « Proyecto Cortàzar » (créations de Nisinman, Ortiz, Viera, NEOS Music) et « Der Kaiser von Atlantis » de Voktor Ullmann (nouvelle version d’après l’étude du manuscrit à la Sacher Stiftung de Bâle, Doron Music).

Facundo Agudin est membre du « Forum des 100 », cent personnalités qui font la Suisse Romande. Il est membre du jury du Concours de Lausanne et du Symphonique national d’Argentine.

www.facundoagudin.net

Chœur Arsis, Fribourg

Arsis, dans le chant grégorien, c’est l’élan, l’impulsion musicale s’élevant dans les airs. Cette énergie ascendante symbolise bien l’ardeur et l’enthousiasme qui animent et réunissent les choristes.

Fondé en 2005 par Pierre-Fabien Roubaty, le Choeur Arsis compte actuellement une trentaine de chanteurs. Tout en développant des affinités particulières avec les répertoires baroques, classiques et romantiques, le Choeur Arsis fait de fréquentes incursions dans des oeuvres plus contemporaines (B. Britten, L. Bernstein, J. Rutter, A. Pärt), sans négliger le patrimoine fribourgeois.

L’effectif réduit permet au Choeur Arsis d’aborder des pièces a capella ou avec piano, et de conférer un caractère intimiste à des oeuvres telles que Ein deutsches Requiem de J. Brahms, interprété en 2015 dans sa version pour piano à quatre mains. Mais le Choeur s’associe aussi à des orchestres de chambre, en particulier le Capriccio Barockorchester, avec lequel il présente le Magnificat de J.-S. Bach et la cantate In Nativitatem Domini Canticum de M.-A. Charpentier en 2012, la Messe en ut mineur de W. A. Mozart et le Psaume 42 de F. Mendelssohn en 2014.

En 2010, en collaboration avec le Choeur Pro Arte Lausanne et l’European Union Youth Orchestra, il interprète la Neuvième Symphonie de L. van Beethoven, sous la direction de V. Ashkenazy.

En 2011, le Choeur Arsis est lauréat du Prix du Jury et du Prix du Public lors du Concours Choral de Fribourg.

Basel Tattoo Chor, Basel

Mit einer gewissen Skepsis folgte Jennifer Rudin der Einladung ans Basel Tattoo 2009, denn Militärmusik war eigentlich nicht ihr Ding. Restlos begeistert verliess sie aber das Kasernen-Areal und nahm Erik Julliards Auftrag an, einen ad hoc-Chor zusammenzustellen, der fortan zu den festen Grössen dieses Anlasses gehören sollte. Hauptaufgabe des Chors war und ist es, die auftretenden Formationen gesanglich zu begleiten, wenn das gewünscht wird und auch Sinn macht. Der Chor versteht sich als „Orchesterinstrument“, die Empore auf dem Kasernen-Areal ist nicht der Ort für eine Shownummer, in der man als Chor brillieren kann.

Dabei ist das Singen in einer solchen Produktion einiges schwieriger als in einem Konzertsaal oder in einer Kirche, wo die raffinierten, aber bisweilen recht tückischen technischen Hilfsmittel wegfallen. Von den rund dreissig Sängerinnen und Sängern sind die meisten seit Anfang dabei; die „Neuen“ haben ein gründliches – aber menschliches – Casting zu bestehen. Im Lauf der Jahre ist der Wunsch laut geworden, da ganze Jahr über als Chor zu existieren und sich nicht bloss für das Basel Tattoo vorzubereiten.

So ist eine wunderschöne Zusammenarbeit mit den Orchester „Musique des Lumières“ aus dem Jura entstanden, die jeweils mit Konzerten am mehrtägigen Festival des Paques in Delsberg und Pruntrut ihren Höhepunkt erreicht. Im Sommer aber ist das Basel Tattoo der Höhepunkt für Jennifer Rudin und ihren Chor. Die hohe Präsenzzeit verlangt von den Sängerinnen und Sängern Stehvermögen im wahrsten Sinne des Wortes, aber der Applaus des Publikums und vor allem der Dank der Mitwirkenden sind die Mühen wert.

production : Musique des Lumières

Peterskirche